King Kong Théorie
Virginie DESPENTES

King Kong Théorie - Virginie DESPENTES - Catalyz'Her

CATÉGORIES
#Biographie
#Féminisme

EN BREF
Dans son livre King Kong Théorie publié en 2006, Virginie Despentes dénonce l’image lisse, parfaite, et impossible dans laquelle la société cherche à enfermer les femmes. En s’appuyant sur sa propre histoire, Virginie Despentes livre un essai féministe qui dégomme les stéréotypes de genre.

Pour dénoncer l’absurdité de ces rôles que l’on nous impose dès le plus jeune âge, l’auteure choisit de revenir sur certains événements de sa vie : le viol qu’elle a subi à l’âge de 17 ans, la prostitution qui dérange plus que tout, à savoir celle qu’elle a volontairement choisie pour gagner sa vie pendant plusieurs années, son premier livre Baise-moi qui créa le scandale, essentiellement parce qu’écrit par une femme.

À travers son récit, Virginie Despentes choque parce qu’elle parle cru et qu’elle aborde des thèmes sur lesquels les femmes ne s’expriment pas : argent, sexe, pouvoir. Elle montre ainsi à quel point certains attributs sont arbitrairement associés aux hommes, et comme cela dérange lorsqu’une femme s’empare de ces sujets-là.

AVIS
Le livre King Kong Théorie est de ceux que j’aurais aimé découvrir dès sa sortie en 2006. Parce qu’il pointe l’absurdité des stéréotypes de genre, parce qu’il pousse à s’interroger sur la condition de la femme, parce qu’il montre qu’une femme a le droit de s’emparer d’attributs dits masculins tels que le sexe, l’argent, le pouvoir. Ce « manifeste pour un nouveau féminisme » compte parmi les références à ne pas manquer.

Parce que l'idéal de la femme blanche, séduisante mais pas pute, bien mariée mais pas effacée, travaillant mais sans trop réussir pour ne pas écraser son homme, mince mais pas névrosée par la nourriture, restant indéfiniment jeune sans se faire défigurer par les chirurgiens esthétiques, maman épanouie mais pas accaparée par les couches et les devoirs d'école, bonne maitresse de maison mais pas bonniche traditionnelle, cultivée mais moins qu'un homme, cette femme blanche heureuse qu'on nous brandit tout le temps sous le nez, celle à laquelle on devrait faire l'effort de ressembler, à part qu'elle a l'air de beaucoup s'emmerder pour pas grand-chose, de toute façon je ne l'ai jamais croisée, nulle part. Je crois bien qu'elle n'existe pas.
LIRE

VOUS AIMEREZ AUSSI

Amandine Teyssier
Amandine Teyssier
amandine-teys@hotmail.fr

Fondatrice Catalyz'Her : inspiration & empowerment pour accompagner les femmes dans leur {Rêv}olution professionnelle.

Aucun Commentaire

Ajouter un commentaire

#CATALYZHER

On se retrouve sur Instagram ?