Naissance d’une conscience féministe

Naissance d’une conscience féministe - Catalyz'Her

Naissance d’une conscience féministe

FÉMINISTE TU NAIS ? 
Je suis une femme née dans les années 80 en France.
Je suis née avec le droit de voter, le droit d’étudier ce que bon me semble, le droit d’exercer le métier de mon choix. Libres et égaux en droits.

Alors non, je ne suis pas née féministe. En revanche, je suis née avec le goût de la justice. Ce goût qui m’a souvent amenée à exprimer mon point de vue lorsque j’étais face à une situation qui ne me semblait pas juste. Celui-là même qui m’a amenée à m’entendre dire de la part d’un de mes directeurs il y a quelques années : « Non mais de toute façon, toi t’es une féministe ».
Ah ! L’injustice devait concerner une femme !

« Toi, t’es une féministe ». Une remarque envoyée comme pour me faire taire, un jugement à l’emporte pièce, l’air mi-amusé, mi-moqueur. Certainement pas un compliment.
Et moi, interloquée pensant en mon for intérieur : « Féministe ? De quoi il me parle ? ».

Il y a 5 ans, ma vision du féminisme se limitait à celle véhiculée par les médias. Une vision de laquelle semblait se dégager un certain rejet des hommes, voire une forme de violence. Alors moi, il y a 5 ans, non, je ne me concevais pas féministe.

Et puis à l’occasion d’une reconversion professionnelle, j’ai eu l’opportunité de lever la tête du guidon. Un temps de réflexion sur ma vie professionnelle passée : 10 années dans l’industrie, en territoire d’hommes, dans des environnements peu féminisés.
Le temps des prises de conscience, et finalement, le temps de mon « coming-out féministe ».

Le féminisme étant le mouvement visant l’égalité politique, économique et sociale entre individus quelque soit leur sexe, après tout, comment peut-on ne pas l’être ? Faute de prise de conscience peut-être.

LES ÉCLAIREUSES
Sur le chemin de mon outing féministe, il y a eu les mots de femmes, d’abord contemporaines. Parmi elles, Nathalie Loiseau, aujourd’hui Ministre chargée des Affaires européennes. Son livre Choisissez TOUT m’a fait l’effet d’un véritable détonateur. Là est toute la force et la puissance des mots : cette capacité à exprimer ce qui n’était pendant longtemps qu’un sentiment diffus en soi ; ce pouvoir de (r)éveiller les consciences.

Dès lors, j’ai voulu lire et entendre d’autres de ces femmes s’exprimer sur la condition du « sexe faible ». D’autres contemporaines, comme Sheryl Sandberg, Chimamanda Ngozi Adichie – découvrant qu’à elle aussi on avait envoyé le mot « féministe » au visage…
Puis progressivement, j’ai remonté le fil de celles qui ont nourri le mouvement féministe par leur discours, leur action ou leur oeuvre : Simone Veil, Françoise Giroud, Simone de Beauvoir, Virginia Woolf,…

Sur le chemin de mon apprentissage, j’ai découvert un ouvrage rare, une pépite venue accrocher mon regard alors que je passais comme chaque soir devant le stand du revendeur de livres en bas de chez moi. Un titre évocateur : Les Nouvelles Femmes.
Un titre qui faisait contraste avec la couverture jaunie de l’ouvrage, dans une police d’écriture datée. Intriguée, je reviens sur mes pas pour me saisir de l’ouvrage. Sa jaquette indique : Les Nouvelles Femmes, Préface de Benoite Groult, F Magazine.

Je découvre que fut un temps a existé F Magazine, un vrai magazine féministe engagé sur la question du droit des femmes, loin des sujets traditionnellement traités par la presse féminine peu regardante sur le fait de nous réduire aux seuls domaines de la mode, de la cuisine, et de la déco. Un vrai magazine féministe lancé en 1978 et qui n’aura vécu que quatre petites années. Faute d’annonceurs probablement. Pas très vendeurs les droits des femmes.

En avril 1978, quelques mois après son lancement, F Magazine a lancé une enquête auprès de ses lectrices avec une ambition : découvrir qui sont les Nouvelles Femmes. 102 questions posées sur le couple, la sexualité, la contraception, les enfants, ou encore le travail.
Du 4 avril au 22 mai 1978, date de clôture de l’enquête, 20 000 femmes ont posté leur réponse, et beaucoup y ont même ajouté leur témoignage.


Le livre qui a happé mon regard, c’est donc celui qui regroupe les résultats de cette enquête, son analyse, et une compilation de certains témoignages. Une fenêtre sur la vie des femmes en France, il y a 40 ans : on y voit beaucoup d’entre elles ayant plusieurs enfants dès la petite vingtaine, on y parle beaucoup de contraception, d’avortement… les sujets sont encore frais et on sent bien la révolution qu’ils constituent dans la vie de ces femmes.

Mais sur d’autres sujets, les mots de ces femmes sont étonnamment familiers : elles parlent d’inégalités salariales, de difficulté à concilier vie professionnelle et vie de famille, voire de carrière sacrifiée faute d’y parvenir. Celles qui ont continué à travailler parlent même de « double journée ». Oui, la double journée dont on parle aujourd’hui encore, 40 ans après, avec sa soeur jumelle, la charge mentale. Sur les sujets liés au travail, les maux de ces femmes sont les mêmes que les nôtres aujourd’hui.

REPRISE DE FLAMBEAU
Qu’a-t-il bien pu se passer pour qu’on avance si peu sur ces sujets ces dernières années ? Je crois qu’il y a eu des consciences qui se sont éteintes, faute d’éducation et de passage de relai.

Féministe, je ne suis pas née. Je suis née dans les années 80 en France, dans une société qui m’a fait étudier les grands hommes de l’histoire, de la littérature, de la philosophie, et les combats entre nations. Dans cette éducation-là, l’oeuvre et le combat des femmes qui ont initié la conquête de nos droits n’ont pas eu droit de cité. Invisibilisés. Oubliés.

Alors féministe, je le suis devenue après avoir été confrontée à la société, et surtout au monde du travail.
Féministe, je le suis devenue après avoir fait l’expérience des inégalités salariales, des blagues misogynes auxquelles j’ai parfois souri par ignorance ou souci d’intégration, de la différence de considération et de traitement en fonction de ce qui se situe sous votre ceinture.
Féministe, je le suis devenue à force d’entendre des hommes ignorants vouloir m’expliquer la vie ou mon métier, sans avoir sollicité leur avis.
Féministe, je le suis devenue à force de voir des femmes brillantes jouer les seconds rôles dans l’ombre d’hommes parfois moins qualifiés ou méritants.
Féministe, je le suis devenue après avoir fait l’expérience de l’inégalité, parce que femme.
Et en avoir finalement pris conscience.

En ce mois qui célèbre la journée internationale des droits des femmes, faisons en sorte que le renouveau féministe ne s’essouffle pas. Pour que le nouvel éveil des consciences se traduise par une évolution du droit et des mentalités. Pour que les maux des Nouvelles Femmes que nous sommes, ne soient plus ceux de celles qui nous suivront dans 40 ans.

« Toi, t’es une féministe ». Oui. Proud feminist.

Un article aussi paru sur Cheek Magazine

Je n'ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c'est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson.

Rebecca WEST

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Amandine Teyssier
Amandine Teyssier
amandine-teys@hotmail.fr

Fondatrice Catalyz'Her : inspiration & empowerment pour accompagner les femmes dans leur {Rêv}olution professionnelle.

Aucun Commentaire

Ajouter un commentaire

#CATALYZHER

On se retrouve sur Instagram ?